dimanche 8 février 2015

Zazen, la méditation sans objet

Kodo Sawaki
En équilibre parfait, immobile, le poids du corps sur les genoux, la colonne vertébrale étirée vers le ciel, ni penché en avant, ni penché en arrière. On se contente d’effacer à chaque instant toute tension inutile, toute intention.

C’est par cette pratique que Shakyamuni est devenu Bouddha; ce n’est pas par le bouddhisme – il n’existait pas; ni par les sutras – ils n’avaient pas encore été écrits.
Dans la posture paisible de l’éveil, à partir du silence et de l’immobilité, naturellement, inconsciemment, on donne la liberté à toute chose.
La conscience s’ouvre à l’infini.

Donner la liberté à nos pensées, c’est ne pas bouger devant elles. C’est comme cela que nous sommes Bouddha. N’en doutez pas, ne cherchez pas ailleurs !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique