samedi 2 février 2013

Calendrier février


Pratique de la méditation les mercredi, jeudi et samedi du mois de février 2013 :


En plein hiver, lorsque le vieux prunier fleurit tout d'un coup, voici u'une fleur éclot et le monde se lève!
Maître Dôgen.


- Mercredi 6, 13, 20 et 27 février de 7h00 à 7h50
- Jeudi 7, 14, 21 et 28 février de 19h30 à 20h45
- Samedi 2, 9, 16 et 23 février de 9h30 à 10h45.


Découverte de la pratique : une prise de rendez-vous est nécessaire au préalable, merci de nous contacter par mail : dojo.zen.brive@gmail.com ou par téléphone 09.61.48.15.89, afin de prévoir de vous accueillir 30 minutes avant la séance pour des explications sur la pratique et le comportement dans le dojo. Habillez vous d'une tenue confortable (de préférence de couleur neutre) vous permettant de croiser les jambes et de respirer aisément. Le zafu (coussin) et le zafuton (tapis) sont prêtés ; la première séance est gratuite et sans engagement.


Tarifs : 25 €/mois ou 5 €/séance (tarif à la séance accessible durant les 3 premiers mois de pratique).
Tarif mensuel réduit, sur simple demande, pour les étudiants, demandeurs d'emploi, retraités...

Adresse : 19 rue de Lestang - 19100 Brive (perpendiculaire à la rue Gambetta) Parking gratuit sur la place Thiers en soirée (à partir de 19 heures) et parking souterrain Thiers gratuit le samedi matin.



Au monastère de Kanshoji en février:  http://www.kanshoji.org  


Couture du kesa du 8 au 10 février avec la nonne Yasho Valérie Guéneau


Sesshin du 22 au 24 février. Dirigée par Taiun Jean-Pierre Faure

Semaine samu du 26 février au 7 mars. Dirigée par Taiun Jean-Pierre Faure

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique