mardi 12 février 2013

Gakudô-Yôjinshû

(Points qu'il faut garder à l'esprit dans la pratique de la Voie)
par Eihei Dôgen Zenji



Pour pratiquer le Zazen et étudier la Voie, il faut trouver un maître authentique.

Un ancien sage a dit: "Si, au départ, votre aspiration n'est pas dirigée dans la bonne direction, tous vos efforts dans la pratique seront vains." Quelle est juste cette parole !

Votre pratique dans la Voie dépend uniquement du fait que votre maître soit un vrai ou un faux maître. Le disciple est un morceau de bois alors que le maître est le charpentier. La beauté d'une pièce de bois ne pourra pas être révélée sans la maîtrise d'un bon artisan. Même le bois tordu trouve son utilité lorsqu'il est travaillé par des mains expertes. Cette analogie démontre clairement que l'authenticité de votre réalisation dépend avant tout du fait que votre maître soit un enseignant authentique ou non.

...

Tournez vous vers la voie vivante, qui se situe bien au-delà de la pensée discriminante.
Si vous ne pouvez pas trouver de vrai maître, mieux vaut ne pas pratiquer. Etre un maître authentique n'a rien à voir avec l'âge, mais il est toutefois nécessaire d'avoir clarifié le vrai Dharma et d'avoir reçu la certification d'un maître authentique. Un véritable maître n'accorde pas la première place aux mots ni à la compréhension intellectuelle. Il doit avoir des capacités qui transcendent la pensée discriminante et doit être doté d'une aspiration au-delà de l'ordinaire. Il doit être libre de tout point de vue égoïste et ne pas être sous le joug des émotions humaines. Sa pratique est en adéquation avec sa compréhension. Voilà un maître authentique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique