dimanche 9 octobre 2011

Maître Ejô

Ne haïssez pas les pensées qui surgiraient, ne les aimez pas non plus et surtout ne les entretenez pas. De toute façon, quoi qu’il en soit, vous devez pratiquer la grande assise, ici et maintenant.






Si vous n’entretenez pas une pensée, celle-ci ne reviendra pas d’elle-même. Si vous vous abandonnez à l’expiration et laissez votre inspiration vous remplir en un harmonieux va et vient, il ne reste plus qu’un zafu sous le ciel vide, le poids d’une flamme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique