dimanche 23 octobre 2011

Les arts martiaux et le zen ont en commun la création et la concentration de l’énergie

Avant la deuxième guerre mondiale, Maître Kodo Sawaki donnait des conféren­ces aux plus grands maîtres des Arts Martiaux, aux plus hautes autorités du Budo. En français, nous disons les Arts Martiaux, les arts de la guerre ; mais en japo­nais, c’est la Voie.
En occident, ces Arts Martiaux sont devenus un sport, une technique, mais sans l’esprit de la Voie.

Dans ses conférences, Kodo Sawaki disait que le Zen et les Arts Martiaux ont le même goût et sont une unité. Dans le Zen comme dans les Arts Martiaux, l’entraînement compte beaucoup. Combien de temps faut-il s’entraîner ? Beaucoup de gens m’ont demandé “Pendant combien d’années faut-il que je fasse zazen ? Et je réponds “Jusqu’à votre mort “. Alors mes interlocuteurs ne sont pas très satisfaits. Les Européens veulent apprendre rapidement, certains même en un seul jour. “Je suis venu une fois et j’ai compris”, disent-ils ! Mais le Dojo est différent de l’Université. Dans le Budo aussi, il faut continuer jusqu’à la mort.


Dans le Budo, l’intuition, la pensée et l’action ne font qu’un, intervien­nent en un seul instant. Il ne faut pas de temps d’attente. Pendant un combat, si l’un des adversaires se laisse troubler par une pensée, il sera tué et devra mourir à l’instant même. Dans la vie quotidienne, on pense d’abord, puis on agit après.
L’intuition et l’action doivent jaillir en même temps. Il ne peut y avoir de pensée dans la pratique du Budo. Il n’y a pas une seule seconde pour penser. Quand on agit, l’intention et l’action doivent être simultanées. Si l’on se dit “Le monstre est là, comment le tuer ?“ si l’on hésite, le cerveau entre en mouve­ment. Or le cerveau frontal, le thalamus et l’action doivent être identiques au même instant. “Le reflet de la lune dans la rivière est toujours en mouvement. Cependant la lune existe et ne s’en va pas ; elle reste mais elle bouge”. En Zazen, il en est de même. C’est la conscience “Hishiryo”.

Quand je dis, durant le zazen “pas bouger, pas bouger”, cela signifie en fait ne pas rester sur une pensée, laisser passer les pensées. Demeurer en parfai­te stabilité signifie en réalité ne pas demeurer. Ne pas bouger signifie en réali­té bouger, ne pas dormir. C’est comme une toupie qui tourne. On peut la considé­rer comme immobile puisqu’elle est en pleine action. Mais lorsqu’elle part au dé­but et quand elle ralentit à la fin, on peut voir son mouvement. Ainsi la tranquil­lité dans le mouvement est-elle le secret du Zen, du Budo, du Kendo et de la Voie de l’épée.

Ceux qui ne veulent pas suivre l’enseignement Zen, vraie base du Budo, n’ont pas à le faire. Ils se servent alors des Arts martiaux comme d’un jouet, comme d’un sport parmi d’autres. Les Arts Martiaux ne sont pas du théâtre ni un spectacle. Ce n’est pas là le vrai Budo.
Le secret des Arts Martiaux, disait toujours Kodo Sawaki, c’est qu’il n’y a ni victoire ni défaite. On ne peut ni vain­cre ni être vaincu. Le sport et les Arts Martiaux sont différents. Dans le sport, il y a le temps. Dans les Arts Martiaux, il n’y a que l’instant. Il en est de même pendant zazen.

par Maître Deshimaru

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique