samedi 4 juin 2011

L'écho de l'ego

Supposons qu'un bateau traverse la rivière et qu’un autre bateau,
vide celui-là, risque d'entrer en collision avec lui. Même un homme au
tempérament irritable garderait son sang-froid.
Supposons maintenant qu'il y ait eu quelqu'un à bord du second
bateau. L'occupant du premier bateau lui crierait tout de suite de
dégager la voie. S'il n'obtenait pas de réponse, même au bout de deux
ou trois interpellations, cela finirait inévitablement par une bordée
d'injures.

Dans le premier cas, rien ne se passe, dans le second, il se produit une réaction de colère. Tout cela parce que, dans le premier cas, le bateau est vide et que, dans le second, il est occupé.


Il en va de même pour l’homme. Si seulement l’homme pouvait suivre le cours de la vie tel un esquif vide, qui donc serait en mesure de l'insulter ?

Tchouang Tseu - philosophe taoïste chinois IVème siècle avant J-C

5 commentaires:

  1. Cela rappelle une histoire zen: Un jour Su Dong Po a écrit un poème zen pour exprimer sa grande compréhension de la sagesse du Bouddhisme. Fièrement il le fait porter sur la rive nord de la rivière où vivait le Maître Fo Yin. Le maître, après lecture, dit: "Il prétend que les 8 vents émotionnels ne l'affectent pas! Ça ne vaut pas un pet". Le poète en fut indigné il traversa la rivière pour s'expliquer avec Fo Yin...

    Bien entendu, à son arrivée ce dernier lui dit:"Su Dong Po, n'as-tu pas prétendu que les 8 vents ne t'affectent pas? Alors pourquoi un simple pet te fait traverser la rivière?

    Le zen est un état d'esprit, un niveau de conscience, un mode de vie. le zen qui s'appuie sur la sémantique et joue avec les mots n'est pas le véritable zen.

    (librement inspiré de Tsai Chich Chung dans "le soutra du coeur")

    NB: les 8 vents émotionnels sont: le gain, la perte, la calomnie, la gloire, l’éloge, l’ironie, la tristesse et la joie.

    RépondreSupprimer
  2. Pratiquer zazen, c’est changer notre attitude ici et maintenant en commençant par notre environnement immédiat. La pollution est dans les esprits avant de se manifester dans l’atmosphère, l’eau, la terre.

    C’est aussi abandonner l’ego et réaliser notre interdépendance et notre solidarité avec tout l’univers.


    Plein de pensées amicales.

    Shu Kai.

    RépondreSupprimer
  3. Faire l'expérience de zazen, c'est faire l'expérience de notre liberté profonde.
    « Perdre, c'est gagner » dit le Zen.
    Est-ce perdre son temps que d'aller s'asseoir immobile, sans rien faire ?
    Perdre, oui, ses repères, ses certitudes, soi-même,
    cette recherche incessante et sans espoir de sécurité, quand, en nous et autour de nous,
    tout n'est que mouvement.
    Lâcher prise, perdre, tout obtenir: sortir de nos limites, lâcher la peur.
    L'armure tombe; allégresse des premiers rayons de soleil sur la peau.
    Assis au coeur du silence, accepter le changement et entrer dans la joie.


    « J'ai perdu cette petite chose qu'on appelle "moi" et je suis devenu le monde immense... »
    Muso Soseki
    Maître Zen du 13e s.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour
    j'aimerais pouvoir contacter jundo par mail, est-ce possible ?
    Merci
    jérôme

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Jérôme,

    Si vous souhaitez dialoguer avec Jundo, ou avec l’un ou l’autre de nos contributeurs, je vous invite à utiliser le présent espace de commentaires. Ainsi, nos lecteurs et lectrices peuvent profiter des questions, remarques et commentaires échangés à propos de l’article, ou sur tout autre thème. Quoi que nous en pensions, nos questionnements sont souvent partagés par beaucoup d’autres personnes, pourquoi ne pas partager?

    Maintenant si vous souhaitez écrire en particulier à Jundo, vous pouvez lui adresser votre envoi à l’adresse mail du dojo:

    dojo.zen.brive@gmail.com

    Notre auteur choisira ensuite de vous répondre en direct ou sur le blog.

    Bien à vous.

    Le webmestre / Kanshi.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique