mardi 7 juin 2011

Gratitude

Quelqu’un qui avait décidé d’en finir avec la vie entra dans la montagne. Après avoir choisi une grosse branche, il y accrocha une bonne corde. Il fit ensuite passer son cou dans le nœud coulant. Au moment où il s’apprêtait à se laisser pendre dans le vide, il s’aperçut qu’une de ses sandales commençait à glisser de son pied. Il remarqua que ce dernier faisait des efforts inconscients pour empêcher la sandale de se décrocher. C’est ainsi qu’il se rendit compte qu’une partie de lui-même avait sa propre existence et ne s’intéressait en aucune façon aux pensées égocentriques qui l’avaient violement agité quelques secondes auparavant. Il abandonna alors l’idée du suicide.

Eiichi Enomoto a écrit ce poème intitulé Bernard l’ermite :

Cette coquille ce n’est pas moi qui l’ai créée.
L’empruntant au ciel et à la terre,
Je vis jour après jour.


La vie de chacun de nous est une combinaison de ce qui nous est prêté et de ce qui nous est donné. Sans l’aide des forces du ciel et de la terre, nous ne pourrions pas vivre, pas même un instant. Nous ne pourrions ni parler, ni voir, ni bouger, ni faire fonctionner le cœur ou l’estomac. Si seulement nous pouvions nous rendre compte au moins de cela…

D’après Shundô Aoyama. « Le zen et la vie » ed Sully.

1 commentaire:

  1. La gratitude … faculté de ne pas sous-estimer la vie et de la vivre comme un cadeau. L’homme avec sa sandale qui glisse, rattrapée par son orteil, réalise que c’est finalement quelque chose d’autre qui lui tombe dessus et qui le rattrape : la vie elle-même, indépendante de ses pensées et plus forte.
    Ne nous est-il pas arrivé d’être « assis » l’espace d’une seconde, devant la perfection de la nature ? De nous sentir submergé par l’immensité de la vie ? Ce moment n’était-il pas parfait ? Oui, c’est du bonheur à l’état brut.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique