dimanche 13 mars 2011

Le rugissement du lion!

Dans la forêt de santals ne pousse aucune autre espèce,
Le lion habite ses fourrés épais.
Il est seul à rôder dans le silence et la tranquillité de la forêt,
Les animaux se sont enfuis ou envolés, tous se tiennent à l’écart.
Les lionceaux suivent en bande,
À trois ans leur rugissement est déjà puissant.
Même si des chacals voulaient chasser le roi de la Loi,
Seraient-ils cent mille que ces monstres glapiraient en vain.

Shôdôka de Yoka Daishi.


Maître Kodo Sawaki commente:

Dans une forêt de santals, dense et profonde, aucune autre espèce d’arbres ne pousse et seuls ceux qui ont réalisé leur véritable nature y demeurent. On les appelle des lions.

Les lions sont seuls. Personne ne les voit aussi n’ont ils pas à rester sur leur gardes. En général quand on se sait observé on fait un effort, mais quand personne ne regarde on se laisse aller. Un lion ne se comporte pas comme un petit souriceau. Il est seul à roder dans la silence et la tranquillité de la forêt. Le lion vit dans un monde qui lui appartient. Le lapin gambade et détale…hop!…hop!…Il est toujours aux aguets et n’agit qu’en fonction du regard des autres. Le monde où vit le lion a été maintes fois décrit:

« Perle de rosée, pure lumière…
Haute cime solitaire…
Montagne majestueuse, souveraine du ciel et de la terre.. »

Quelles que soient les images choisies, elles évoquent ce lieu où l’on est seul dans le silence de soi-même. On doit pouvoir trouver n’importe où le silence et le calme de la forêt, serait-ce en plein milieu d’un boulevard. Que soufflent les vents des huit directions, on ne bouge pas; éloges ou blâmes, joies ou colères, on est indifférent aux passions. Lorsque le lion rugit, les animaux ordinaires, à plume ou à poil, lapins, souriceaux, renards ou blaireaux, détalent aussi loin qu’ils le peuvent….

Le rugissement du lion ne peut s’imiter. Il faut être un lion soi-même pour rugir comme lui. Le lion est l’image de la nature de bouddha. La Loi du Bouddha enseigne à devenir lion, c’est-à-dire à vivre authentiquement sa véritable nature.

Kôdô Sawaki: le chant de l’éveil. Albin Michel. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique