vendredi 31 décembre 2010

Séances de Janvier 2011

Pour le mois de Janvier, toutes les séances auront lieu au : 31, Av Édouard Herriot à Brive (cabinet infirmier sur l'ancienne avenue de Toulouse, en face du restaurant le Marrakech), le programme est le suivant:

Jeudi 6 janvier: zazen à 19 heures 30.

Jeudi 13 janvier: zazen à 19 heures 30.
Jeudi  20 janvier: zazen à 19 heures 30.

Dimanche 23 janvier à 10 heures: "séance spéciale" sur inscription uniquement, nous contacter par mail pour l'adresse. Merci.

Jeudi 27 janvier: zazen à 19 heures 30.


Dans tous les cas, arrivez 10/15 minutes avant la séance, munissez vous d’une tenue confortable, de préférence de couleur sombre, permettant de croiser les jambes et de respirer aisément
Pensez à apporter votre zafu (coussin de médiation) ainsi qu' un tapis de sol épais ou une couverture.


Pour les personnes souhaitant venir découvrir la pratique, la prise de rendez-vous (par mail: dojo.zen.brive@gmail.com ou par téléphone: 09 61 48 15 89 en soirée) est impérative, afin de vous accueillir au préalable, environ 30 minutes avant la séance, pour des explications sur le comportement dans le dojo et sur la posture.


Séance d'essai gratuite et sans aucun engagement. Prêt de matériel possible.

Tarifs janvier: 5 € par séance ou 20 € pour tout le mois.

4 commentaires:

  1. Bon ben on y est... !
    2010 ne sera pas regrettée ! De toutes les façons, étant close, ce passé n'est plus et seules les causes engendrées en son sein verront naître de belles conséquences en ce nouvel an ... Je souhaite donc à tous et à toutes une merveilleuse année 2011 pleine de bonheurs, de joies et surtout d'amour. A mes amis pour qu'ils le restent... A mes ennemis pour qu'ils deviennent mes amis !
    Mais, je pense qu’il ne tient qu’à nous même de devenir les initiateurs de ces bonheurs de demain. Simplement, et peut-être, rien qu’en changeant notre regard envers les êtres, leurs actes, les évènements et les tribulations de nos vies modernes. Puis, parvenir aussi à changer notre regard sur nous même et ce que nous sommes vraiment. Oublier celui que nous pensons être, celui que nous sommes en image envers les autres, et retrouver celui que nous avons perdu dans les méandres de nos préjugés, de nos principes et de nos « lois » personnelles édictées en vérités universelles.
    A mes frères de Sangha : «2011 gassho » emplis de respect et d’amour.
    Aux autres qui ne sont pas « mes frères », soyez quand même les bienvenus dans mon cœur en cette année
    Très affectueusement

    SHU KAI.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Shu Kai !
    Es-tu revenu ou arrives-tu à nous lire là où tu es ? En ces jours de transition, on pense à toi et à tous ceux qui sont loin de chez eux.
    Nos pensées s'envolent en silence et vous accompagnent...

    Une frangine

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour ShuKai,

    Heureux de te lire! Nous te souhaitons également une bonne et heureuse année 2011, avec ausi une pensée particulière pour tous ceux qui partagent ton quotidien, ainsi que pour tes proches qui pensent à toi et dont l'affection te porte.

    Toutes les graines semées en 2010 ne deviendront pas de grands arbres, à chacun de choisir d'arroser celles qui porteront les fruits de joie et d'amour!

    Convaincu que ton regard, sur toi et sur tous les autres, changera le réel grâce à la profondeur de ta pratique.

    Bien affectueusement.

    Ton ami et ton frère.

    Kanshi.


    http://www.youtube.com/watch?v=1YmnEAUFC1I

    RépondreSupprimer
  4. Merci à toi, frère de Sangha si loin de nous et pourtant si près de nos coeurs. Pensées pour vous, si loin de tous ceux qui vous sont chers.
    Belle Année 2011 pleine de joie et d'amour à tous.
    Colette

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique