samedi 18 décembre 2010

Le désir sans fin...

Nous essayons de fermer les yeux sur la souffrance mais nous ne pouvons pas… Dire que la vie est caractérisée par la souffrance n’est pas un enseignement pessimiste. Il existe trois type de souffrance. L’un est la souffrance physique (la naissance, la maladie, la vieillesse et la mort). L’autre est la souffrance mentale (qui apparaît quand on est séparé de ce qu’on aime ou qu’on doit supporter ce qu’on aime pas, ou quand on ne peut pas obtenir ce que l‘on veux). Le troisième type de souffrance est la souffrance radicale ou fondamentale. -Cette dernière - est due à l’aspect éphémère des phénomènes…-cette souffrance est « subtile »- il est difficile de faire cette expérience quand l’esprit est agité ou préoccupé…Cette souffrance est très calme, très silencieuse; mais elle est présente…C’est une sorte de peur, de peur fondamentale venue du tréfonds du corps et de l’esprit humain…

Le Bouddha nous enseigne qu’une telle souffrance vient de l’ignorance. L’ignorance est l’attachement humain qui s’enracine avec ténacité dans le corps et l’esprit. Cela échappe tout à fait à notre contrôle…L’ignorance est le désir insatiable qui existe selon trois modalités: le désir insatiable de se plaire constamment à soi même(dû à la peur que nous inspire l’aspect éphémère de la vie), le désir insatiable de prolonger sa propre existence…et le désir insatiable d’avoir et de conserver pouvoir et prospérité…Nous devons regarder très profondément et affronter cette peur fondamentale engendrée par les trois sortes de désir insatiable.

Le désir insatiable nous pousse à nous faire plaisir plutôt qu'à prendre conscience de ce qui est. Il nous épuise et nous empêche de le voir. C'est comme ça que l'on vit, le plus souvent. C'est pourquoi le combat et le malheur de l'homme n'ont pas de fin. Ce qui compte, c'est que vous devez affronter le désir insatiable et saisir ce qu'il est avec votre peau, votre chair, vos os, votre moelle. Alors vous pourrez vous libérer de la souffrance humaine.


Vous ne pouvez pas faire cesser le désir insatiable. Savez vous pourquoi? Le désir insatiable est une noble vérité. Cela veut dire qu'il vous accompagne tout le temps. Aussi le bouddhisme ne l'ignore-t-il pas plus qu'il n'essaye de le détruire. Le bouddhisme sait très bien ce qu'est le désir insatiable. Il sait qu'on ne peut pas accepter aveuglément le désir insatiable. Comment faire pratiquement, dans la vie quotidienne?

Selon sa biographie, le maître zen Rinzai a planté des pins autour du temple pour deux raisons: la première était d'embellir le cadre du temple, la seconde de léguer ces pins aux générations futures. Son activité était fondée sur le désir insatiable, mais son but était immense, il s'étendait à l'univers. Utiliser le désir insatiable dans un but égoïste est réellement dangereux, mais si vous l'utilisez pour le bien d'autrui, vos buts et vos espoirs acquièrent une grande dimension. Pourtant, ne vous laissez pas obséder par vos buts et par vos espoirs, car nul ne sait de quoi l'avenir sera fait. Comment, dans ce monde éphémère, utiliser le désir insatiable pour le bien des générations futures, pour les êtres humains, pour les temples, pour les oiseaux, pour tous les êtres sensibles? Il faut se libérer du désir insatiable. Si vous vous libérez du désir insatiable, votre activité pourra prospérer pleinement vivante, moment après moment.

Quand maître Rinzai prend une houe et creuse la terre pour y planter un pin, son activité est vivante,. Il sait que le désir insatiable doit être mis au service de tous les êtres sensibles. Il n'ignore pas le désir insatiable, il ne tente pas de le détruire; il en prend soin.

Dainin Katagiri dans "retour au silence" éditions du seuil 1993.

1 commentaire:

  1. Le texte ci-dessus est probablement tiré d'un kusen (enseignement oral donné lors de la pratique de la méditation assise) d'où les répétitions voulues par l'auteur. C'est pourquoi vous retrouvez de très nombreuses fois l'expression "désir insatiable"....quand on dit qu'enseigner c'est répéter... :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique