lundi 8 août 2016

De la pertinence de la voie du Bouddha


Les trois poisons (l’ignorance, l’avidité, l’aversion) s’expriment par le vol, le mensonge, la tricherie, la jalousie, … le manque d’amour. Ils imprègnent le Monde, nos sociétés matérialistes et individualistes. 

__________________________________________________________________________________


Les idéaux républicains, démocratiques, égalitaires, la laïcité sont satisfaisants intellectuellement. Leur mise en œuvre sous-entend que chacun s’éveille et fasse ses choix en pleine conscience, avec le souci du bien commun, de l’intérêt général, et l’honnêteté de voir les choses telles qu’elles sont. Face à la folie du monde, les politiques ont pourtant bien du mal à trouver des solutions. Et certaines dérives sont souvent fortes, parfois extrêmes.


__________________________________________________________________________________

Les êtres humains ont soif d’absolu, de libération, de compassion et de sagesse. Ils sont capables de gratuité, de générosité, d’entraide, de partage…


Une autre société doit advenir, où l’individualisme recule, le partage devient l’évidence, la consommation est maîtrisée, toutes les formes de vie sont respectées.

__________________________________________________________________________________

La réponse de la voie de l’Eveil est simple: elle n’est pas à l’extérieur mais au fond de nous-même.
Tourner notre regard vers l’intérieur et voir comment nous nous abusons nous-mêmes, comment notre regard, libre des trois poisons, nous fait vivre le nirvana dans le samsara.


La voie du Bouddha répond au problème actuel de l’humanité par la pratique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont un espace de discussion et d’échanges. Il est demandé de respecter certaines règles de base comme la politesse et la courtoisie dans ces échanges. Les commentaires sont laissés libres et n’engagent que ceux qui les formulent. Toutefois, l’association Zen de Brive se réserve le droit de supprimer des messages dont la gravité des propos ou la fréquence de perturbation nuirait de façon systématique